Amendes spéciales Cyclistes : ce qui nous attends.

groupe de cycliste

Fin Novembre, une étude commanditée par MMA auprès de OpinionWay avait mis en lumière le comportement à risque de la population cycliste. On a put ainsi apprendre que 88% des cyclistes affirment avoir déjà commis une infraction. S’en était suivi une série d’articles, avec parfois des titres racoleurs -Valeurs Actuelles titrait par exemple « Ces cyclistes qui font n’importe quoi en ville »- et stigmatisant. Des interviews locales auprès d’intéressés triés faisaient alors la part belle à l’incivilité assumée.

A mon sens, si quelques manquements sont bien à attribuer aux mauvaises manières de certains, d’autres sont le fruit d’une inadéquation entre le code de la route, les aménagements urbains et l’usage de la bicyclette. Mon coup de gueule du jour va d’ailleurs à l’éclairage. En ville, j’estime qu’environ 80% des vélos ne sont pas équipé de lumière (sur la base d’une étude par échantillonnage visuel très élaborée). Pour avoir vu, en voiture, passer plus d’une fois un vélo près de mon pare-choc, je peux vous dire que l’expérience est constructive. Je ne sors plus sans mes Blinders Knog. Pour le coût dérisoire que cela engendre, je ne comprends pas ce comportement suicidaire. Je ferai un article plus tard sur ce point fondamental.

Bref, ce lundi 8 décembre, le CNSR ( notre Conseil National de la Sécurité Routière) a trouvé la parade face au cas particulier du vélo : réduire le montant des amendes pour les cyclistes, pour faciliter leur mise en application (et augmenter leur nombre). Il apparait que les amendes seraient en fait réduites de moitié, soit 45€ pour un sens inverse, au lieu des 90€ pour les automobilistes.

Un système déjà expérimenté à Strasbourg depuis 2012, comme toujours, et qui a fait ses preuves. Alors qu’en 2013, la mortalité des cyclistes a augmenté de 6%, la ville de Strasbourg a enregistré une chute de 37% des accidents. Une efficacité qui ouvre la voie à l’extension du dispositif. Reste la lourdeur administrative engendrée, puisque q’une différence entre deux catégories de citoyens est faites : l’automobiliste et le cycliste.

Les infractions pointées sont le non-respect d’un feu rouge, le fait de téléphoner en circulant ou encore le passage au feux rouge.

Pour l’heure toutefois, le code la route s’applique aussi bien aux voitures qu’au vélo. Voici donc un petit récapitulatif du code de la route. Les infractions sont réparties en 4 classes:

1ère classe :

  • Absence d’éclairage, d’avertisseur sonore ou de système de freinage (un avant ET un arrière)

2ème classe :

  • Changement de direction sans indications
  • Rouler à plus de deux côte à côte
  • Arrêt ou stationnement gênant
  • Se faire tracter par un autre véhicule
  • Absence de gilet jaune hors agglomération
  • Rouler en zone de rencontre avec une vitesse supérieure à celle du pas

4 ème classe :

  • Usage d’un téléphone tenu en main
  • Rouler sur un trottoir en ayant plus de 8 ans
  • Refus de priorité
  • Non respect d’un feu rouge ou d’un stop
  • Franchissement ou chevauchement d’une ligne continue
  • Conduite en état alcoolique
  • Circulation en sens interdit
  • Dépassement dangereux

En fonction de la classe de l’infraction, le montant de l’amende évolue.

 

tableau des amendes en cas d'infraction cycliste

 

 

 

 

sources :

service public – http://www.service-public.fr

Blog – http://www.dechezmoiauboulotavelo.fr/?p=581

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *